Publié sur facebook le 8 mars 2021

𝟏 𝐚𝐧 ! 𝐋𝐞 𝐭𝐞𝐦𝐩𝐬 𝐝𝐮 𝐛𝐢𝐥𝐚𝐧…
Que dire ? Les photos parlent d’elle même.
En 1 an je suis passée de l’aéroport de Paris 🇨🇵 à crapahuter dans les sentiers de Nouvelle Zélande 🇳🇿
𝐄𝐧 𝟏 𝐚𝐧 𝐣’𝐚𝐢 𝐟𝐚𝐢𝐭 :
– 1 semaine de woofing à côté de Christchurch 🌿
– 1 semaine de roadtrip avec Chloé sur l’île du Sud 🚗
– 1 mois et demi de confinement à Kaikoura avec la coloc de l’espace 🐬
– j’ai acheté mon van (il avait alors 207 000km au compteur et pas une bosse !) 🚙
– 3 semaines de woofing à Clarence, où jai rencontré Maxi et Syrine 🐑
– 1 mois de woofing avec eux dans le Northland 🐄
– 1 semaine à Auckland où je leur ai dis au revoir, où jai rencontré Carla, tous les copains de Mundo Lingo, et d’autres encore 🍹
– 3 mois de travail en ferme équestre à Waipu 🐎 : 1 mois totalement seule, et 2 en coloc avec Loïc. Rencontre avec Yuri, mon ex
– 1 mois de convalescence, vie en appartement avec lui
– 2 mois de travail en ferme de picking / packing de berries 🫐 avec 3 semaines chez une super famille kiwi suite à notre rupture
– 2 mois et demi de roadtrip 🚙 dont la majeur partie avec Carla, avec 2 semaines dans les kiwis pour pruning / thinning où on a rencontré les copains de la kiwi team 🥝
– Là je termine les 1500 derniers kilomètres de roadtrip seule, et mercredi je retourne aux kiwis à Te Puke pour le picking (récolte)
Le van affiche 226 000kms et probablement autant de bosses que moi.
𝐀𝐩𝐫𝐞𝐬 𝟏 𝐚𝐧 𝐣’𝐚𝐢 𝐝𝐨𝐧𝐜 𝐫𝐞𝐦𝐩𝐥𝐢 𝐛𝐞𝐚𝐮𝐜𝐨𝐮𝐩 𝐝𝐞 𝐦𝐞𝐬 𝐨𝐛𝐣𝐞𝐜𝐭𝐢𝐟𝐬.
Et il n’y a pas de doute qu’après tout ça je ne suis plus vraiment la même…
Avant je passais plus de temps derrière un bureau que dehors, pas franchement sportive, sans un mot d’anglais. Avant je n’étais jamais partie seule. Avant j’étais en colère, et ça m’a fait soulever des montagnes.
Maintenant les montagnes je les grimpe (enfin j’essaye !), et le pire c’est que j’y prends plaisir. Tout comme parler anglais, alors que dieu sait à quel point j’ai détesté cette matière à l’école.
C’est parce que je ne savais pas qu’il s’agissait d’une fausse école. Comment peut-on t’apprendre la vie entre 4 murs de béton ? La vraie école elle est ici, sur le terrain, tous les jours.
𝐉’𝐚𝐢 𝐩𝐥𝐮𝐬 𝐚𝐩𝐩𝐫𝐢𝐬 𝐝𝐚𝐧𝐬 𝐜𝐞𝐬 𝟏 𝐚𝐧, 𝐪𝐮’𝐞𝐧 𝟐𝟔.
Et si je me sens parfois/souvent seule, je n’ai plus peur de l’être. Et surtout je suis un peu plus sereine. Calme et sage je dirais pas ça ! 😅 Mais plus sereine oui. J’apprivoise mon hypersensibilité, je fais la paix avec le passé, j’apprends à lâcher prise et laisser partir des personnes, je me ressource, j’apprends à me connaitre, j’expérimente, je me teste… 𝐁𝐫𝐞𝐟 𝐣𝐞 𝐠𝐫𝐚𝐧𝐝𝐢𝐬.
Pour autant tout n’est pas rose. J’ai vécu des très bons moments mais aussi des horribles. La vie ne vous épargne pas parce que vous avez pris l’avion, elle continue juste différemment.
Je ne sais toujours pas ce que je ferais dans 10 ans, ni dans 6 mois d’ailleurs. Mais je ne m’inquiète plus, je suis prête à accueillir les prochains chapitres. Aujourd’hui j’aspire à de la durabilité pour la suite. Le nomadisme fait partie de moi. Par autant je suis fatiguée de dire au revoir, et de toujours tout reconstruire, notamment les relations. Je voudrais trouver le moyen d’équilibrer tout ça. Je trouverais le moyen d’allier les deux.
En parlant de chapitres, vous les évoquer sur facebook ne me suffit plus.
𝐉’𝐚𝐢 𝐝𝐞𝐜𝐢𝐝𝐞 𝐝𝐞 𝐜𝐫𝐞𝐞𝐫 𝐮𝐧 𝐛𝐥𝐨𝐠
Je n’en suis qu’au tout début. Mais ce sera l’occasion de vous parler de la Nouvelle-Zélande, du travail, de la vie en van, du roadtrip, des rencontres que j’y ai faite, et d’à peu près tout ce qui me passera par la tête autour du voyage, extérieur et intérieur. J’espère que ça en aidera d’autres à sauter le pas. J’espère que ça vous plaira.
𝐄𝐧𝐟𝐢𝐧 𝐬’𝐢𝐥 𝐯𝐨𝐮𝐬 𝐩𝐥𝐚𝐢𝐭 𝐧𝐞 𝐦𝐞 𝐝𝐞𝐦𝐚𝐧𝐝𝐞𝐳 𝐩𝐚𝐬 𝐪𝐮𝐚𝐧𝐝 𝐣𝐞 𝐫𝐞𝐧𝐭𝐫𝐞𝐫𝐚𝐢𝐬.
Ou pas par écrit en tout cas. Car ça fait 1 an que je ne suis plus capable de répondre à cette question. Pas en 2 lignes. Ça dépend de plusieurs paramètres… J’espère bientôt, même si ce ne sera pas une étape facile. J’en ai à la fois envie et peur. Dans un voyage le retour est toujours plus difficile que le départ. Dites vous que ça fait 1 an que je n’ai plus vécu dans le même pays que vous.
Mais je serais ravie d’en discuter par téléphone.
Je pense fort à chacun de vous 😘 J’aimerais vous serrer dans mes bras. Merci à tous ceux qui m’encouragent, de près ou de loin. Sincèrement ça me fait tenir debout, sans ça je n’en serais probablement pas là ❤
𝐌𝐞𝐫𝐜𝐢 𝐝’𝐞𝐭𝐫𝐞 𝐥𝐚 !
Cet article t'a plu ? Soutiens moi en le partageant :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *