Journal de bord du retour au pays des frenchies…

Publié le 9 février 2022, soit 1 mois et demi après mon retour en France

Premières sensations

Après 2 ans d’expatriation, la 1ere chose qui m’a frappée en rentrant en France… Fut la forme des arbres.
Parce qu’en Nouvelle Zélande, la végétation mais aussi les rues, les produits au supermarché… TOUT était différent de ce que je connaissais. Tout était WOUAOU. Je tripais sur absolument tout, jusqu’au brin d’herbe. « Woooo leur cidre il est blanc ! », « wouaaa mais y a des fougères géantes ! », « oooh regarde, des uniformes pour aller à l’école ! ».
Comme un enfant qui découvre une fête foraine pour la première fois, tu vois ?
Alors en sens inverse, en France, j’ai eu cet effet aussi. La végétation, les rues, tout…
C’est ça qui est beau dans les voyages : les détails que tu voyais à peine hier, ils t’apparaissent ensuite.
𝐋𝐞 𝐯𝐨𝐲𝐚𝐠𝐞 𝐜𝐡𝐚𝐧𝐠𝐞 𝐥𝐚 𝐯𝐮𝐞.
𝐈𝐥 𝐫𝐞𝐧𝐝 𝐥𝐞 𝐦𝐨𝐧𝐝𝐞 𝐩𝐥𝐮𝐬 𝐛𝐞𝐚𝐮 💚
Publié le 27 février 2022, soit 2 mois et demi après mon retour en France

Alors ce retour pas trop dur ?

Ça fait 2 mois que je suis rentrée en France, après 2 ans en Nouvelle Zélande. Cette question revient souvent (merci à ceux qui s’en soucie ❤). Si, bien sur, c’est dur. C’est un changement total de décor, de repères, de personnes… de vie entière. Comme un départ. Et on le vit seul. Mais ça encore, changer d’environnement, jouer les caméléons, apprivoiser la solitude, on a peu l’habitude, nous les backpackers non ? Le plus dur c’est d’affronter ce qu’on avait laissé en partant. Les fantômes qu’on trainait dans nos bagages depuis tout ce temps. Boucler les boucles n’est jamais facile. Ça demande un peu de courage. Mais c’est possible et surtout ça soulage !
Partir m’a permis de revenir avec la force de reprendre les choses en main côté pro, coeur et santé (et quel chantier ! 😄)
Il m’a fallu 2 ans pour ça, et tout ce temps a eu des conséquences irréversibles. Mais il était nécessaire pour retrouver la paix et la force de le faire.
Attention ce ne sont que des premières étapes. On est loin du happy end. (D’ailleurs c’est un concept qui n’existe pas dans la vraie vie). Ça fonctionnera ou pas.
Mais après la tempête émotionnelle (que finalement je vie à TOUS les changements), je suis devenue sereine et heureuse de vivre ce nouveau chapitre 💪 Il m’apporte déjà de belles choses au quotidien.
Alors quoique vous décidiez pour votre retour, peut importe la forme qu’il prend, ce n’est pas une épée de Damoclès si vous le regardez en face. Ce n’est qu’une marche de plus sur votre chemin. Un retour n’est pas une fin. Boucler les cycles non plus. C’est simplement se créer l’espace nécessaire pour kiffer les prochains chapitres 😉
𝐓𝐚𝐤𝐞 𝐜𝐚𝐫𝐞 𝐨𝐟 𝐲𝐨𝐮𝐫𝐬𝐞𝐥𝐟 ❤

Publié sur Facebook le 21 mars 2022
Soit 3 mois après mon retour en France, après avoir voyagé 2 ans en Nouvelle Zélande

J’ai remarqué que mes souvenirs dérangent parfois mon entourage

Peut-être parce qu’ils n’y sont pas présents ? Parce qu’ils ont peur de ma nostalgie ou que je veuille y retourner ? Parce que c’est un sujet trop abstrait pour celui qui n’y a pas vécu ? Ou bien peut-être par étroitesse d’esprit ?
Ma vie est actuellement ici mais elle a été aussi là bas. Tout comme lorsque j’étais là bas une partie de moi était ici. C’est le lot des expatriés : être coupé en deux. C’est pas toujours facile mais pas uniquement négatif. Cette intersection de culture fait notre richesse. On est en quelque sorte le pont humain entre ces deux pays. Cette planète en a besoin.
En Nouvelle Zélande je ne reniais pas mon pays. En France je ne renierais pas mon coup de cœur. Les deux pays font partie de ma vie. Les gens, les souvenirs, les lieux et les couleurs qui vont avec aussi ❤
Changer de chapitre ne signifie pas enterrer le livre. Relisez le votre autant de fois que vous le voulez s’il continue à vous procurer des émotions positives.
Moi mes souvenirs me donnent de la force, parce qu’ils me rappellent que tout est possible. De la joie parce qu’ils me remémorent que la vie est colorée à une époque où je la voyais en noir et blanc. Surtout en noir. Et puis de la confiance, beaucoup de confiance. En la vie, et en moi.
Alors ce mur, c’est un peu mon journal où chacun est libre d’aller et venir. J’étale en couleurs un peu de mes souvenirs ici, à défaut d’ailleurs. Je n’oblige pas à me lire.
Mais s’ils provoquent des émotions chez toi, c’est qu’ils touchent à quelque chose en toi. À toi de trouver ce que c’est. Demande 𝘵𝘰𝘪 pourquoi 𝘵𝘶 es perturbé par 𝘮𝘦𝘴 souvenirs.
Moi je suis en paix, et vous ?
𝑷𝒓𝒆𝒏𝒆𝒛 𝒔𝒐𝒊𝒏 𝒅𝒆 𝒗𝒐𝒖𝒔 💙
Cet article t'a plu ? Soutiens moi en le partageant :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.